Création d’une maison funéraire: procéder en définissant le parcours

Jülke : j’ai déjà fondé une entreprise dans le secteur de la restauration à l’âge de 20 ans. Mais cela n’a pas vraiment bien fonctionné à l’époque. J’étais encore jeune, inexpérimenté et je ne pensais pas aux coûts. Finalement, quelqu’un d’autre a repris l’entreprise. À l’époque, je me suis même dit que je ne voulais plus être indépendant, mais les temps changent.

Aujourd’hui, je suis très heureux d’avoir osé franchir un nouveau pas vers le travail indépendant.

Jülke : Je travaille dans l’industrie depuis sept ans comme employé permanent d’un funérarium et j’aime beaucoup mon travail. Mais récemment, je n’ai vu aucune perspective dans l’entreprise. J’avais beaucoup de tâches à accomplir et j’ai fini par me dire qu’en fait, je peux le faire tout seul.

Monsieur Jülke, pourquoi avez-vous décidé de vous mettre à votre compte avec « Funerals Jülke » ?

Steffen Jülke a fondé son propre funérarium – et a bien réfléchi à la manière de se démarquer de la concurrence. Dans le cadre du Gründercoaching Deutschland (fondateur de Coaching Germany), il a été soutenu par Angelika Franzke, conseillère de la fondatrice. Nous leur avons parlé de leurs expériences respectives.

Comment votre expérience de l’époque a-t-elle influencé votre plan d’entreprise ?

Jülke : J’ai élaboré le plan d’entreprise avec Mme Franzke. Nous avons fait des calculs prudents, c’est-à-dire que nous avons fixé les coûts plutôt élevés et les revenus possibles plutôt faibles. En raison de mon expérience professionnelle, j’ai déjà beaucoup d’expertise. Je peux facilement calculer le revenu que vous gagnez par décès et les coûts encourus.

Comment s’est déroulée la conversation avec la banque de la maison ?

Jülke : Malheureusement, je n’ai pas fait de bonnes expériences dans ce domaine. Au début, la banque était enthousiaste à propos de mon plan d’affaires. Ils m’ont dit que j’obtiendrais le prêt et que je pouvais déjà y mettre fin. Ensuite, je n’ai plus rien entendu. Après 18 semaines, j’ai reçu l’avis de rejet, en ignorant encore les raisons. Au début, le choc a été grand. Mais ensuite, Mme Franzke m’a recommandé une autre banque. Il n’y avait alors aucun problème pour obtenir le prêt.

Vous en faites plus souvent l’expérience lors des consultations sur la création d’entreprises, Mme Franzke ?

Franzke : Certaines banques sont très prudentes en ce qui concerne le prêt de démarrage de la KfW. Il est plus intéressant pour eux de vendre aux fondateurs leur propre prêt bancaire. Comme j’avais eu de l’expérience dans la préparation du dossier du crédit, nous nous sommes adressés à une deuxième banque   

Les fondateurs devraient-ils mener cette discussion bancaire seuls ou mieux encore avec un consultant en start-up ?

Franzke : M. Jülke est une personne souveraine qui connaît très bien sa profession. Il se serait donc bien débrouillé tout seul. Néanmoins, il a décidé de me faire assister à la réunion de la banque. Nous, les Mecklembourgeois, sommes plutôt réservés. Nous ne nous levons pas pour dire que nous sommes les meilleurs. M. Jülke avait donc un avocat assis à côté de lui. J’ai pu une fois de plus mettre en avant certaines qualifications.

Monsieur Jülke, quelle importance avez-vous accordé au fait d’avoir un consultant à vos côtés lors de votre fondation ?

Jülke : C’était très important pour moi. Bien sûr, en fin de compte, vous prenez vous-même les décisions. Mais il est bon d’avoir quelqu’un à vos côtés  bien qualifié et spécialiste en négociation  afin d’ap porter conseil. J’envisage actuellement de développer mon entreprise. Et Mme Franzke me soutiendra à nouveau.

Quelle est l’importance du business plan dans le contexte de la fondation, Mme Franzke ?

Franzke : Chaque plan d’entreprise doit être correctement défini . Il ne sert à rien de le blanchir ou le truquer. Chaque banque est capable de déceler l’intégralité et l’objectivité du plan. Dans ce cas, cela signifiait, que l’estimation mensuelle eut être précisée et mesurée d’une façon approximative permettant d’apprécier le nombre potentiel des prestataires par mois. ainsi préciser toutes les charges logistiques, fiscales et humaines, ceci demande une élaboration exhaustive et précise du plan de l’entreprise.  

Monsieur Jülke, vous avez ouvert votre magasin il y a environ un mois et demi. Pouvez-vous déjà tirer une petite conclusion provisoire sur votre établissement ?

Jülke : Je suis très satisfait de la façon dont les choses ont commencé. Au cours du premier mois, nous n’avons pas encore atteint le nombre de décès calculé. Mais nous avons préparé de nombreux documents de précaution et des offres de prix. Au cours de notre premier mois, nous avons reçu autant de demandes de renseignements que les autres entreprises de pompes funèbres en six mois.

Pourquoi ?

Jülke : Notre entreprise de pompes funèbres est plus spacieuse, plus lumineuse et plus conviviale que d’habitude dans le secteur. La couleur de notre entreprise est l’orange et non le gris foncé ou le vert. Avec nous, les gens osent simplement regarder et poser des questions – et pas seulement lorsque la mort survient. Nous plaçons également des annonces très spécifiques et abordons un sujet différent chaque semaine. Comment faire pour une condoléance sympathique  ? Comment rédiger un faire-part d’enterrement ?  options en matière d’obsèques ? Les gens ont beaucoup de questions. Et nous sommes heureux d’y répondre.

Merci beaucoup et bonne chance !

Prêts et crédits pour les entreprises en phase de démarrage
L’entrepreneuriat, les sacrifices, la volonté : les bases de l’esprit d’entreprise