Entreprises : 5 conseils pour rebondir après une crise

restructuration d'entreprise

Indépendamment de la taille ou du secteur d’activité, aucune entreprise n’est à l’abri des conséquences d’une crise, qu’elle soit écologique, sanitaire, sociale ou économique. Dans ce contexte, savoir faire face à la réalité et apprendre à gérer la situation permet de mieux rebondir. En l’occurrence, découvrez les conseils avérés pour mieux rebondir après une crise.

1. Une réorganisation incontournable

Procéder à la restructuration d’entreprise est impératif après une crise. Effectivement, cette action fait partie de la meilleure option pour prétendre à une sortie de crise. Pour ce faire, recourir aux services d’un cabinet de management de transition est recommandé. Cette initiative nécessite automatiquement la mise en place d’un comité de direction, ainsi que d’un manager de transition qui va se charger d’instaurer les codes de conduite du changement.

2. L’intervention d’un dirigeant de transition

En situation de crise, la mesure à adopter consiste à faire appel à un professionnel externe, disposant des expertises en tant que manager pour la transition. Effectivement, ce type d’expert étant un cadre qualifié dans un domaine particulier, il est doué pour faire face aux situations complexes, grâce à ses compétences managériales confirmées. Un dirigeant de transition est appelé à intervenir dans des domaines divers. Ainsi, il peut devenir un membre de la direction générale durant le temps de crise. De par son savoir-faire et ses expériences, ses interventions en tant que directeur des ressources humaines, directeur des approvisionnements, directeur du système d’information, ou encore directeur administratif et financier optimisent la gestion de crise. Son expertise en leadership justifie son devenir en tant que directeur industriel ou son occupation d’un poste clé au sein de l’entreprise.

3. La collaboration avec des dirigeants de transition qualifiés

Les dirigeants de transition recrutés doivent disposer, outre leur savoir-faire, d’une expérience, ainsi que d’autres qualités personnelles pour que l’entreprise puisse atteindre les objectifs de rebondissement et retrouver le niveau économique d’avant. Ces professionnels doivent être neutres, de manière à éviter les conflits d’intérêts, pour assumer leur mission avec intégrité. De ce fait, leur crédibilité en interne s’impose et exige qu’ils n’aient ni un passé, ni un futur dans l’entreprise. D’un autre côté, les managers de transition doivent être aptes et habitués à gérer les risques et les opportunités pour pouvoir mener l’entreprise à la sortie de crise. Leur autonomie et leur efficacité garantissent l’obtention des résultats probants en un temps déterminé.

Ces professionnels sont aussi des pédagogues justifiant d’une compétence managériale avérée leur permettant de mobiliser de mains fermes toutes les parties prenantes de la gestion de crise. Leur capacité de leadership contribue à la maîtrise des situations d’urgence, pour ne citer que la gestion des conflits et les communications difficiles.

4. Un regard nouveau pour l’entreprise

Durant la période de pandémie, de nombreuses entreprises ont basculé en mode télétravail. Le travail à distance a fait accroître la difficulté de contrôle pour les dirigeants, étant donné que l’implication de chaque membre de l’équipe est parfois difficile à évaluer en temps réel. Ainsi, un manager de transition est censé apporter sa contribution pour optimiser la gestion de crise et pour venir à bout des dysfonctionnements, de manière à avoir une reprise saine. Le fait de recourir à l’expertise d’un manger de transition permet d’adopter de nouvelles stratégies ayant fait leurs preuves dans d’autres entreprises. Son expérience dans ce sens contribue à la disruption d’un secteur ou d’un marché plus rapidement, d’autant plus qu’il apporte un regard nouveau aux problèmes de l’entreprise. L’intervention d’un dirigeant de transition est un moyen de passer à la vitesse supérieure en matière d’outils de travail. Il s’agit notamment de la transition digitale et de l’adoption d’outils numériques qui optimisent les process managériaux.

5. L’identification des différentes manifestations de la crise d’entreprise

Dans tous les cas, suite à un événement imprévu dont la gravité est significative, l’organisation d’une entreprise est déstabilisée. Cette dernière représente une menace pour la réussite des activités, d’où l’importance de savoir identifier les signes de crise pour pouvoir prendre les mesures adéquates.
Le premier signe en interne consiste en l’absence d’un dirigeant ou en la défectuosité d’un produit ou d’un service. Il peut aussi se traduire par un conflit social, ou encore une cyberattaque. La catastrophe naturelle (canicule, tempête, tsunami, volcan et autre) et la crise économique, sociale et sanitaire sont des signes avant-coureurs des crises externes.

Dans tous les cas, la crise en entreprise doit être gérée en analysant les risques et les opportunités à chaque événement. Savoir mieux gérer les situations difficiles et anticiper pour trouver des solutions convenables permet de rebondir après une crise, quelle qu’en soit l’origine. D’un autre côté, les employés doivent être motivés pour avancer ensemble et faire face à la situation d’après-crise.

Tout sur les cinq champs d’action pour la gestion du changement
Comment effectuer une prolongation de la commande ?