6 caractéristiques pour les leaders du changement qui réussissent

Le changement et la transformation exigent des qualités de leadership différentes de celles des périodes « normales », surtout lorsque les changements sont tumultueux. Compte tenu de la diversité des influences et des défis, cela est particulièrement vrai pour les banques et les caisses d’épargne.

« Panta Rei », « Tout coule » était déjà connu du philosophe grec Héraclite, en référence au changement constant auquel la nature est soumise. Ou, comme Wilhelm Busch l’a dit avec plus d’humour : « Un, deux, trois à un rythme effréné, le temps passe – nous courons avec lui ».

L’économie, elle aussi, est soumise à des changements constants, tant au niveau macroéconomique que microéconomique. Les managers sont particulièrement friands de la phrase « Si vous n’évoluez pas avec votre temps, vous évoluez avec votre temps », dont l’origine remonte à un auteur inconnu. Il a également été utilisé par des banquiers enregistrés.

Cependant, on a souvent l’impression, dans le secteur financier, que la prétendue vertu du « sitting it out » est beaucoup plus répandue que la « gestion du changement » active. Seules quelques banques peuvent réellement être qualifiées d' »innovantes ».

Comment « gérer » le changement ?

Mais nous vivons dans un monde qui évolue constamment à un rythme accéléré et qui est donc caractérisé par la volatilité et la complexité. Ce sont précisément ces périodes de changement qui exigent plus que toute autre chose une orientation et un leadership.

Où les employés sont-ils censés trouver du soutien, si ce n’est auprès de leurs supérieurs ? On attend d’eux non seulement qu’ils soient capables de maintenir le cap même dans une mer agitée, mais aussi qu’ils guident et accompagnent les employés dans le changement, les préparent à d’autres changements et les forment à gérer l’incertitude.

Un autre défi pour les managers est de reconnaître les évolutions à un stade précoce, de les anticiper, de les adapter et de les intégrer avec succès dans leur entreprise, tant sur le plan stratégique qu’opérationnel.

Six caractéristiques de la pensée stratégique

DSI, une société de conseil américaine qui, selon ses propres estimations, est orientée vers l’avenir, a trouvé, en près de 20 ans de travail sur le terrain et d’entretiens avec plus de 20 000 cadres, six caractéristiques spécifiques et mesurables qui devraient permettre une gestion qualifiée du changement.

Les six compétences suivantes devraient être essentielles au leadership stratégique et conduire au succès même en période de changement :

– Anticiper : Surveiller de manière proactive l’environnement de votre entreprise pour détecter les changements au sein et en dehors de votre secteur.

– Questionner : Remettre en question ce qui est considéré comme des hypothèses fixes au sein de votre entreprise et de votre secteur.

– Interpréter : Prendre et relier des indices et des informations pour former des compréhensions nouvelles et perspicaces.

– Décider : Trouver un équilibre entre les valeurs à court et à long terme tout en intégrant des options alternatives.

– Adapter : Impliquer le plus grand nombre possible de parties prenantes et permettre d’autres initiatives et pistes d’action.

– Apprendre : réfléchir continuellement aux succès et aux échecs passés pour améliorer les performances et la prise de décision.

Ouverture d’esprit face au changement

Une gestion du changement réussie exige avant tout une ouverture d’esprit face au changement. D’après mon expérience, il y a un manque d’ouverture dans de nombreux domaines du secteur financier. Dans de nombreux cas, ce qui est requis n’est pas la franchise mais plutôt la rationalisation. Ces schémas comportementaux ont été causés et solidifiés par une sélection unilatérale des managers. Les penseurs latéraux et les questionneurs sont encore l’exception dans la plupart des banques.

Comment maximiser les profits d’une entreprise saisonnière ?
Comment concevoir une bonne carte de visite ?