De nombreux programmes de réduction des coûts envisagés par les entreprises allemandes.

Nouvelles formes de gestion d’entreprises

Confrontées à une baisse de leurs revenus et à une concurrence accrue, de nombreuses entreprises cherchent des moyens de réduire leurs coûts. Selon une étude de Deloitte, cependant, peu de mesures atteignent leur objectif.

Les perspectives économiques se détériorent dans de nombreuses régions du monde, y compris en Allemagne. Le pessimisme augmente, et la volonté d’investir et d’embaucher décline. Cela s’explique notamment par les incertitudes croissantes en matière de politique économique dues aux différends commerciaux actuels, aux tensions géopolitiques et aux évolutions difficiles à évaluer dans la mise en œuvre du Brexit.

Alors que les revenus ont tendance à baisser, les défis et les risques externes continuent d’augmenter, comme la perturbation numérique, la Cyber sécurité et l’émergence de nouveaux concurrents.

Les entreprises veulent réduire les coûts

De nombreuses entreprises allemandes réagissent de plus en plus à la morosité de la situation économique par des mesures de réduction des coûts. Restructurations, suppressions d’emplois et désinvestissements sont à l’ordre du jour. Selon une étude de Deloitte sur la transformation stratégique des coûts, 60 % des cadres interrogés en Allemagne prévoient des mesures de réduction des coûts, au cours des deux prochaines années. La moyenne internationale est de 71 %, et dans le secteur bancaire européen en particulier, ce chiffre atteint 77 %.

De grandes ambitions, peu de succès.

Mais, la seule volonté d’épargner n’est souvent pas suffisante. Bien que les ambitions des programmes de coûts en Allemagne soient plus élevées que dans la comparaison internationale, elles sont poursuivies en utilisant des méthodes plutôt conservatrices. En conséquence, seuls 11 % des mesures ont pu atteindre les objectifs d’économies qu’ils s’étaient fixés. 89 % n’atteignent pas leurs propres objectifs (au niveau mondial : 81 %, en Europe : 83 %). Dans le secteur bancaire européen, le chiffre correspondant est de 87 %. 57 % des personnes interrogées voient elles-mêmes des difficultés majeures dans la mise en œuvre effective des projets de coûts. Ils attribuent cette situation à une expérience insuffisante, à une action incohérente de la part de l’entreprise, à des rapports inadéquats ou incomplets et à un manque de compréhension et d’acceptation de la part du personnel.

Des approches perturbatrices de réduction des coûts sont souhaitées

Selon l’analyse, la cause dans les entreprises allemandes réside, principalement, dans l’approche conservatrice et incrémentale de la réduction des coûts. Parmi les autres raisons possibles pour lesquelles les objectifs n’ont pas été atteints, citons un conflit entre les mesures et les objectifs de l’entreprise, une communication insuffisante de la complexité et de l’urgence des programmes, et le respect de mauvaises priorités. Mais, une raison majeure est probablement l’approche incrémentale et conservatrice de la réduction des coûts elle-même, qui, avec ses leviers traditionnels, n’est plus totalement adaptée aux circonstances actuelles.

Des mesures audacieuses et perturbatrices devraient être prises pour une transformation des coûts efficace et en même temps tournée vers l’avenir. Une gestion plus cohérente du changement et des parties prenantes est, également, nécessaire pour accroître l’acceptation et l’efficacité des mesures.

Tout savoir sur les stratégies d’internationalisation
Préparer une licence en gestion d’entreprise