Vous voulez savoir de quelles compétences professionnelles futures nous avons besoin? L’apprentissage automatique peut aider.

Comment les gouvernements peuvent-ils favoriser une société dans laquelle chacun peut bénéficier de la numérisation?

Des questions comme celle-ci stimulent Digital Frontrunners , un programme innovant lancé par Nesta en 2018 pour aider les gouvernements de Belgique, du Danemark, d’Estonie, de Finlande, des Pays-Bas et de Suède à élaborer des politiques plus intelligentes, plus inclusives et adaptées à l’avenir.

Au cours des sept derniers mois, le programme a réuni plus de 80 participants internationaux des gouvernements, des syndicats, des universités et des entreprises sociales pour discuter des défis de la numérisation et apprendre de nouvelles méthodes de conception de politiques qui peuvent aider à les relever.

Le processus a non seulement permis aux participants de faire des découvertes et des connexions qui les aideront dans leur travail; il a également révélé des priorités, des problèmes et des succès communs qui peuvent éclairer le développement d’une économie numérique plus prospère et inclusive.

Qu’avons-nous découvert?

Premièrement, les stratégies numériques de ces pays «Digital Frontrunner» soulignent la nécessité pour les citoyens d’acquérir de nouvelles compétences qui leur permettront de s’adapter à l’avenir du travail. Deuxièmement, ils explorent activement de nouvelles approches pour créer des politiques efficaces en matière de compétences. Troisièmement, ils partagent quatre défis imbriqués qui doivent être priorisés pour permettre à tous les citoyens de bénéficier de la transformation numérique et de garantir qu’il y a suffisamment de travailleurs qualifiés pour un marché du travail en mutation.

Ce blog examine le premier de ces quatre défis: anticiper les compétences dont les gens ont besoin pour les emplois de demain.

Les gouvernements devraient faciliter l’anticipation des compétences en temps opportun.

Il est désormais bien connu que le changement technologique perturbe le marché du travail. Nous pouvons voir que la demande de personnes possédant des compétences techniques augmente (dépassant souvent l’offre). Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. Ce qui est moins apparent, ce sont les effets spécifiques que l’application de nouveaux outils a sur les emplois existants.

Comme les tâches sont automatisées, les tâches des personnes qui les exécutent actuellement changeront. Pour certains, cela signifie assumer de nouvelles responsabilités dans leur milieu de travail actuel. D’autres devront trouver de nouveaux emplois dans des industries inconnues.

Dans les deux cas, les employés de l’ensemble de la main-d’œuvre auront probablement besoin de nouvelles compétences; une récente enquête auprès des entreprises menée par le Forum économique mondial a révélé que 54% de tous les employés auront besoin de compétences ou de requalifications approfondies d’ici 2022.

Anticiper les compétences qui seront précieuses est donc une priorité pour les gouvernements qui s’efforcent de favoriser des marchés du travail adaptables auxquels tout le monde peut participer. Le rythme du changement est rapide : 43% des employés de l’UE ont connu un changement technologique au travail au cours des cinq dernières années.

L’apprentissage automatique peut aider.

En cette ère de changements technologiques rapides, les méthodes d’anticipation des compétences établies, comme les enquêtes auprès des employeurs, peuvent être trop lentes. Les gouvernements et les organisations ont commencé à explorer de nouvelles façons de prévoir plus rapidement l’évolution de la demande et de l’offre de compétences.

Une approche innovante utilise les données des offres d’emploi et les algorithmes d’apprentissage automatique. Les chercheurs de Nesta ont utilisé 41 millions d’offres d’emploi pour examiner les compétences numériques requises dans différentes professions et ont comparé la demande de ces compétences aux perspectives de croissance de chaque profession.

Les compétences numériques les plus susceptibles d’être nécessaires dans des secteurs d’emploi en croissance sont celles qui sont utilisées dans des tâches non routinières

Ils ont constaté que les compétences numériques les plus susceptibles d’être nécessaires dans des secteurs d’emploi en croissance sont celles qui sont utilisées dans des tâches non routinières, la résolution de problèmes et la création de sorties numériques. En revanche, les compétences numériques pour les tâches de bureau devraient connaître une baisse de la demande. Toutes les compétences numériques ne sont donc pas créées égales.

La recherche est importante car elle suggère que l’investissement dans la formation devrait être mené par un examen attentif de la valeur de compétences numériques spécifiques. Et, il devrait soutenir le développement de compétences complémentaires telles que la pensée créative. Sinon, les gens risquent d’investir dans certaines compétences numériques qui ont des applications limitées et peuvent devenir redondantes dans un avenir pas trop lointain.

Que font les Digital Frontrunners?

Grâce au programme Digital Frontrunners, nous avons constaté que des approches similaires en matière d’anticipation des compétences et d’appariement des emplois étaient appliquées en Finlande et en Suède.

En Finlande, le prix du défi Ratkaisu est organisé par Sitra, le fonds d’innovation du Parlement, a attribué 500000 € (567000 $) à Headai, une organisation qui utilise l’intelligence artificielle pour cartographier les besoins et l’offre de compétences. Le service «micro-compétences» de Headai analyse quotidiennement environ mille offres d’emploi pour identifier les compétences recherchées par les employeurs. Il vise également à cartographier les compétences disponibles sur le marché du travail en s’appuyant sur différentes sources de données ouvertes disponibles en ligne.

En 2017, le Service public de l’emploi (SPE) en Suède a lancé Jobtech , une plate-forme qui donne accès à un ensemble d’ensembles de données sur le marché du travail compilés par l’agence. Il s’agit notamment des prévisions de profession, des offres d’emploi actuelles et historiques publiées via le SPE, et d’une carte de compétences dynamique créée par l’analyse algorithmique de 6,3 millions d’offres d’emploi.

L’équipe Jobtech développe de nouvelles façons de collecter et d’analyser les données du marché du travail en utilisant l’intelligence artificielle et perfectionne ses méthodes en collaboration avec les analystes du PSE.

L’application de l’apprentissage automatique aux offres d’emploi peut fournir une analyse continue et granulaire des compétences dont les employeurs ont besoin. La méthode est toujours en cours de développement et est limitée par les biais dans les données disponibles .Au Royaume-Uni, par exemple, les offres d’emploi ont tendance à être orientées vers des postes hautement qualifiés. Mais il montre sans aucun doute une nouvelle voie prometteuse pour l’anticipation des compétences à l’ère numérique.

Tout savoir sur les stratégies d’internationalisation
Préparer une licence en gestion d’entreprise